mon handicap, suite…

Coucou tout le monde, je ne vous ai pas oublier!.

J’avoue qu’entre les fêtes, le travail; il est difficile de se retrouver et de continuer à vous écrire.

Mais je vous avais promis une suite pour tout vous expliquer.

Pour répondre à la question: comment je me lève le matin?

La réponse est un RÉVEIL AUBE. Et oui! je me réveille grâce à la lumière. Etant Sourde, il est difficile d’entendre la sonnerie de mon réveil mais par contre pour le conjoint, c’est une toute autre histoire.

Le conjoint n’ a pas l’habitude d’être réveiller par la lumière et surtout lorsque celui ci est de repos. Je dois vous avouer que j’ai souvent eu des grimaces le matin et aussi des réveils grognons. mdrrrr

La plus grosse difficulté ( s’il y en avait qu’une) c’est de se faire comprendre. J’ai toujours dit que j’étais malentendante et les gens ont une curieuse façon de s’adresser à moi. bien sur c’est un réflexe, ils ont tendance à se rapprocher de moi et à HURLER de tout leur cœur.

J’ai tendance à reculer en disant que cela ne servait à rien.

le plus drôle dans l’histoire, c’est mon utilisation de langage labiale ( je lis sur les lèvres). les hommes ont tendance à croire qu’il y a un atome crochu avec moi par ce que je regarde leur bouche.

Aller dans des soirées ou il y a du monde, il faut l’avouer est un calvaire, car je ne comprends absolument rien à ce que les gens racontent. malheureusement, je fais semblant de comprendre ce qu’ils se racontent et rigolent quand je vois les autres rigoler.

A mes yeux, les soirées bruyantes sont comme le cinéma sans sous titrage. on voit les personnes défiler mais on ne comprend pas la scène.

Il y a des gens qui sont méchants, odieux, moqueurs et persécuteurs envers leur cible. Ces individus ont tendance à s’en prendre au plus faible parce qu’ils ont peur de leurs vies et ils constatent que la vie d’une personne en situation de handicap a l’air magnifique. Pourtant je suis comme eux avec des hauts et des bas.

Je suis souvent tombée et je me suis relevée à chaque fois.

Il y a une chose que j’ai une sainte horreur dans ma vie « la capacité des gens à juger les autres ». On se permet de dire qu’elle ne peut pas faire cela ou ceci car elle est sourde.

Je peux vous affirmer que je suis conscience de ce dont je suis capable et de ce que je peux fournir comme effort.

S i je ressens de la difficulté, je sais demander de l’aide. cela s’appelle esprit d’équipe.

Au regard de mes difficultés, il faut avouer une chose, on perd un sens, on gagne d’autres sens. il suffit juste de savoir le développer et c’est à la portée de tout le monde.

j’adore les relations sociales; elles sont une source d’enrichissement culturelle si elle est bien exploiter. chacun a son histoire, son vécu, ses rêves, ses espoirs, ses ambitions, etc.

Pourquoi juger, ignorer, écarter une personne en situation de handicap? vous connaissez la réponse?

je connais la réponse et elle est….

Publié par lifestylesandrine

je suis malentendante et j'aime ecrire ce que je vois, ce que j'entends et j'exprime à travers ce blog la passion de la vie. La vie est certes dure, difficile, penible mais elle vaut la peine d'etre vécue.

5 commentaires sur « mon handicap, suite… »

  1. Très beau texte comme d’habitude j’admire comme tu peux t’exprimer j’aime ton écriture et ton langage ,
    J’espère que tu as passé de bonnes fêtes de fin d’année Et que cette année va te réserver de merveilleux moments ,nous pensons bien à toi et te faisons de gros bisous

    J'aime

  2. J’ai bien conscience que ta vie n’est pas toujours facile et que tu dois faire preuve de beaucoup de courage et d’abnégation mais il faut aller de l’avant et laisse de côté tous ces idiots qui te pourrissent la vie ils ne sont certainement pas capables de prendre leur vie à bras le corps. À la prochaine !!

    J'aime

  3. Chère Sandrine,
    Je souhaite apporter une dimension philosophique à tes propos.
    ————
    – « Chacun a un appel unique sur sa vie. Personne n’est appelé à imiter qui que ce soit ».(Soeur Emmanuelle)Ce qu’il faut également comprendre et qui s’inscrit totalement dans le périmètre de cette citation c’est qu’il n’y a pas d’handicap mais seulement des différences.
    Nous sommes environ 7 milliards d’individus à occuper le jardin « terre » et chacun d’entre nous est unique avec ses facilités et ses difficultés. Quoi que tu fasses, tu rencontreras toujours des imbéciles et, souvent, ils sont très diplômés.
    L’important c’est de ne jamais s’isoler même dans la solitude, au contraire, la solitude maîtrisée est un cadeau de la vie.
    ————
    – « Le bonheur n’est pas une finalité mais un long chemin ».
    Un enfant demande à son père;
    -Dis papa, quel est le secret pour être heureux?
    -Viens mon fils, tu vas me suivre à pied, moi je m’installe sur l’âne.
    En passant devant les villageois, il entendent les critiques : »quel mauvais père, il oblige son fils à le suivre à pied pendant que lui est sur l’âne »;
    « Tu as entendu mon fils, rentrons à la maison ».
    Le lendemain, le père renouvelle l’expérience mais cette fois c’est le fils qui est sur l’âne. En passant devant les villageois, il entendent les critiques : »quel mauvais fils, il oblige son vieux père à le suivre à pied pendant que lui est sur l’âne »
    « Tu as entendu mon fils, rentrons à la maison ».
    Le troisième jour, le père renouvelle l’expérience mais cette fois l’âne est charger de marchandises. En passant devant les villageois, il entendent les critiques : »quel mauvaise famille, il oblige leur âne à porter une lourde charge, ils n’ont pas pitié de leur animal.
    « Tu as entendu mon fils, rentrons à la maison ».
    Le quatrième jour, le père renouvelle l’expérience mais cette fois c’est le père et le fis qui portent les marchandises. En passant devant les villageois, il entendent à nouveau des critiques : »c’est le monde à l’envers, ils portent les marchandises et l’âne trottine sans charge derrière eux.
    « Tu as entendu mon fils, rentrons à la maison ». Arrivés à la maison, le père dit à son fils; « tu me demandais le secret du bonheur?
    « Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu’un qui trouveras à redire, fais ce qui te plais et tu seras heureux.

    J'aime

  4. Merci de nous faire connaître ton univers. Ado j’avais lu avec grand intérêt « le cri de la mouette » et j’avais un peu mieux compris comment pouvait se vivre la surdité. J’ai toujours pensé que si je devais choisir un handicap, je choisirai celui-ci…j’aime énormément le silence, les gens me fatiguent vite. En plus j’ai des acouphènes (sons très aiguës qui viennent de nul part) qui ne sont pas très agréables et que je rêverai faire taire. bises à bientôt ^^

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :